Archives mensuelles : mars 2018

Géographies à la Fabrique de l’Histoire

Emmanuel Laurentin m’a interview lundi 19 mars dans la Fabrique de l’Histoire, l’émission historique de France Culture. Vous pouvez réécouter l’émission, consacrée auxs frontières et à mon nouveau livre, Géographies. Ce qu’ils savaient de la France, sur le site de la Fabrique de l’Histoire.

La Grande Riote, une géographie populaire

Bourgeois et marchands se forgent une culture géographique professionnelle au cours du XIIIe siècle. A côté de listes informatives, on trouve des listes littéraires qui véhiculent un savoir devenu proverbial. On y parle de ce que taisent les textes savants : les productions, la nourriture, les stéréotypes régionaux, la géographie du quotidien, des contacts ordinaires, de la connivence matérielle. C’est le cas des textes du XIIIe siècle connus des érudits sous les nom de Dit de l’Apostoille, que Jean-Marie Fritz propose plutôt d’appeler Grande Riote1. La riote était une « bagarre » entre deux jongleurs, qui rivalisaient de verve devant leur public. La Grande Riote multiplie les dictons géographiques : un lieu est associé à une production ou un caractère. La virtuosité du jongleur s’empare de la géographie empirique des bourgeois et la recompose en une accumulation truculente2.

Li cler Nostre Dame de Chartres

Li chanoine de Paris

La boule de Noion,

La ribaudie Soissons

Li cheitif de Senliz

Li cointerel de Troies

La crote de Mialz

Les clercs de N-D de Chartres

Les chanoines de Paris

L’astuce de Noyon

L’infamie de Soissons

Les malheureux de Senlis

Les élégants de Troyes

La crotte de Meaux (ms. A, l. 52-58)

Continuer la lecture

Cartographier le dialogue sur la frontière : les journées de marche entre France et Empire

Alors que le XIVe siècle voit se développer des justices professionnelles qui structurent l’État royal capétien, d’autres formes de résolution des conflits demeurent en France et, plus encore, en Empire. Typiques de l’Empire et de ses marges, les « journées de marche » où l’on règle les conflits de voisinage, souvent en plein air, en associant oral et écrit, voie de fait et conciliation. Entre Sainte-Menehould (Champagne) et Clermont-en-Argonne (Barrois), la coutume prévoit qu’en cas de saisie d’un bien par leurs voisins, les officiers leur adressent une requête écrite par trois fois pour demander restitution lors d’une « journée d’estaulx et de marche alias dicte repressailles ». En cas de défaut, ils opèrent un contre-gage. Une journée est finalement organisée, où les gages mutuels sont apportés en caution1. En Rethelois, les justiciers se donnent rendez-vous pour « journoier » en lieu neutre, exposent leurs griefs et élisent des arbitres qui jugent par écrit :

Continuer la lecture