Archives de l’auteur : Léonard Dauphant

Géographies à la Fabrique de l’Histoire

Emmanuel Laurentin m’a interview lundi 19 mars dans la Fabrique de l’Histoire, l’émission historique de France Culture. Vous pouvez réécouter l’émission, consacrée auxs frontières et à mon nouveau livre, Géographies. Ce qu’ils savaient de la France, sur le site de la Fabrique de l’Histoire.

La Grande Riote, une géographie populaire

Bourgeois et marchands se forgent une culture géographique professionnelle au cours du XIIIe siècle. A côté de listes informatives, on trouve des listes littéraires qui véhiculent un savoir devenu proverbial. On y parle de ce que taisent les textes savants : les productions, la nourriture, les stéréotypes régionaux, la géographie du quotidien, des contacts ordinaires, de la connivence matérielle. C’est le cas des textes du XIIIe siècle connus des érudits sous les nom de Dit de l’Apostoille, que Jean-Marie Fritz propose plutôt d’appeler Grande Riote1. La riote était une « bagarre » entre deux jongleurs, qui rivalisaient de verve devant leur public. La Grande Riote multiplie les dictons géographiques : un lieu est associé à une production ou un caractère. La virtuosité du jongleur s’empare de la géographie empirique des bourgeois et la recompose en une accumulation truculente2.

Li cler Nostre Dame de Chartres

Li chanoine de Paris

La boule de Noion,

La ribaudie Soissons

Li cheitif de Senliz

Li cointerel de Troies

La crote de Mialz

Les clercs de N-D de Chartres

Les chanoines de Paris

L’astuce de Noyon

L’infamie de Soissons

Les malheureux de Senlis

Les élégants de Troyes

La crotte de Meaux (ms. A, l. 52-58)

Continuer la lecture

Cartographier le dialogue sur la frontière : les journées de marche entre France et Empire

Alors que le XIVe siècle voit se développer des justices professionnelles qui structurent l’État royal capétien, d’autres formes de résolution des conflits demeurent en France et, plus encore, en Empire. Typiques de l’Empire et de ses marges, les « journées de marche » où l’on règle les conflits de voisinage, souvent en plein air, en associant oral et écrit, voie de fait et conciliation. Entre Sainte-Menehould (Champagne) et Clermont-en-Argonne (Barrois), la coutume prévoit qu’en cas de saisie d’un bien par leurs voisins, les officiers leur adressent une requête écrite par trois fois pour demander restitution lors d’une « journée d’estaulx et de marche alias dicte repressailles ». En cas de défaut, ils opèrent un contre-gage. Une journée est finalement organisée, où les gages mutuels sont apportés en caution1. En Rethelois, les justiciers se donnent rendez-vous pour « journoier » en lieu neutre, exposent leurs griefs et élisent des arbitres qui jugent par écrit :

Continuer la lecture

« Boire à la française » : vin et identité française médiévale

Tu, Germane, bibis, comedis non ; non bibis, Angle

Sed comedis ; comedis, Galle, bibisque bene.

On traduire ce proverbe par : « Toi, l’Allemand, tu bois, tu ne manges pas ; tu ne bois pas, l’Anglais, Mais tu manges. Français, tu manges, et tu bois bien1. »

Que peut bien vouloir dire ce proverbe latin ?

Depuis le XIIe siècle, vignerons et buveurs ont donné une identité viticole à la France. Le paysage s’est peuplé de vignes en espaliers, et certaines régions se sont spécialisées dans cette culture : les voyageurs du XIIIe siècle

Continuer la lecture

Robinet, dessine-moi un pays

Si on avait demandé à un peintre médiéval de dessiner son pays, qu’aurait-il représenté ? Plutôt qu’un paysage, il aurait eu recours à des symboles : le jardin ou le verger des fleurs de lys, ou encore à des signes, comme le blason royal. Pour Gilles le Bouvier (vers 1455), la France est même une forme géométrique : « ce royaume est en forme de losange ».

La démarche de Robinet Testard est différente, unique peut-être : il essaye de peindre un paysage qui symbolise la France, de donner une image synthétique de son propre pays. Vers 1485, Robinet travaille à Cognac pour le comte Charles d’Angoulême, qui sera le père de François Ier. C’est pour lui qu’il illustre le manuscrit d’une encyclopédie assez médiocre : Le secret de l’histoire naturelle est une liste de « merveilles », pays par pays, cimetières enchantés, fontaines magiques déchaînant des tempêtes et autres loups-garous. Dans le manuscrit du comte, très luxueux, chaque notice est précédée d’une miniature et Robinet s’efforce de peindre les merveilles décrites par le texte1. La page de la « Gaule » fait exception2 : elle ne démarque pas le texte de la notice. Robinet a voulu représenter, non la Gaule des merveilles tirées des auteurs latins, mais la France qu’il connaît.

Le peintre entreprend donc de donner corps à une vision commune, tellement évidente qu’elle n’a jamais été peinte. Aussi avons-nous choisi cette image comme couverture pour Géographies.

S’il te plaît, dessine-moi ton pays… Des amoureux enlacés se promènent à cheval. Un chien de chasse les suit. Ils passent devant une ferme : des poules picorent, un coq les regarde. Des moutons paissent dans un pré clos d’une haie vive, entre le berger et une fille qui file la quenouille près de son chien. A l’arrière-plan, une rivière, un château-fort et une ville hérissée de clochers. Robinet associe ainsi l’emblème (le coq gaulois, en latin gallus gallicus) et la réalité banale. Les objets qu’il sélectionne et dont il parsème la miniature définissent le pays ; ce sont des « icônes paysagères » : la France des paysannes, qu’elles ont peuplée de troupeaux et de poulaillers ; la France des belles dames, chasseresses et amoureuses. Le paysage français est une campagne où cohabite paysannerie et courtoisie.

Ce que dessine Robinet (et lui seul) est-il l’écho d’une culture plus large ? La banalité de cette scène procède d’un choix – pour dire la France, Robinet évoque un art de vivre rural, et non, par exemple, la ville des marchands ou la côte des pêcheurs. Ce que Robinet célèbre par le trait, les textes l’évoquent aussi : pour ses habitants, la France est d’abord une campagne. Cette campagne concentre l’expérience paysagère du Moyen Âge français : il s’agit du lieu du travail et de l’amour. Et ce paysage est vu comme typiquement français. En revenant d’Italie un siècle plus tard, Montaigne vivra sa traversée des montagnes de Savoie comme une épreuve, et son arrivée en Bresse comme le retour au pays natal : et le Gascon y verra des « plaines à la française »3.

1L’édition d’A.-C. Beaugendre Les merveilles du monde, édite le manuscrit BnF fr 1377 avec les miniatures du BnF fr 22971 peint par Robinet Testard.

2 BnF fr 22971 f° 25 v° ; éd. Les merveilles du monde, p. 38.

3Montaigne, Journal de voyage, Paris, 1932, p. 305.

Culture paysagère princière : Jean de Berry entre Paris et la campagne

Dans la première partie de Géographies, « Paysage. L’écologie et la beauté », on a essayé de restituer ce qui constitue l’expérience paysagère des Français de la fin du Moyen Âge, en prenant en compte les différentes classes sociales.  Le cas des princes est l’un des plus évidents à caractériser : leurs oeuvres figurées, leurs constructions et leurs écrits conservent l’environnement qu’ils se sont construit, et aussi celui dont ils rêvaient.

Jean de Berry (1340-1416), troisième fils du roi Jean II, a commandité les miniatures les plus célèbres du Moyen Âge. Regardons à nouveau, avec un oeil neuf, le Calendrier des Très Riches Heures (Chantilly, musée Condé, manuscrit 65). Juin montre une scène de fenaison sous les murs du palais de la Cité à Paris : les hommes fauchent, les femmes étalent le foin des meules pour le faire sécher. Salles, galeries et tours du palais royales sont identifiables. Malgré le naturalisme de l’architecture et l’aspect d’éternité de la vie agraire, nous sommes devant un montage.

Continuer la lecture

Ce qu’ils savaient de la France : parution le 15 février 2018

Que savaient les Français du Moyen Âge de leur pays? Les archives et les chroniques ne nous renseignent guère sur ce que les élites en savaient, encore moins sur la conscience géographique du petit peuple. C’est en explorant les sources littéraires que l’on peut restituer les savoirs des Français sur leur propre pays : une géographie populaire, c’est-à-dire partagée par tous, riche et mouvante comme l’oralité d’où elle émerge, et que poèmes, romans et théâtre captent pour produire effets de connivence et de réel.

A travers 200 oeuvres sur 500 ans (de 1100 à 1600), on peut découvrir ce que les Français voyaient de la France :leur paysage vécu, entre leur conscience écologique et la recherche de la beauté ; ce qu’ils savaient de la France : ces « lieux communs », associés à une idée et dont la mise en série forme une géographie des realia, nourriture, productions, peuples, sites et monuments. On découvrira aussi ce qu’ils en disaient à travers l’essor d’une littérature géographique à la fin de la période, et finalement ce qu’ils en pensaient : la conscience nationale émerge quand ce sont les choses du quotidien, coutumes, langue, nourriture (et boisson) qui se chargent d’un sens identitaire.

Géographies. Ce qu’ils savaient de la France (1100-1600), Champ Vallon, 2018, 316 p. dont 20 cartes.

Géographies médiévales

Ce carnet de recherche étudie la France des 11e-16e siècles selon la méthode historique. Comment les Français perçoivent-ils leur environnement et pensent-ils leur pays ? Comment l’État parvient-il à gouverner ce territoire ? Les trois thèmes majeurs de cette recherche sont l’essor de l’État (notamment sur ses frontières), les représentations populaires sur le territoire, étudiées grâce aux lieux communs littéraires, et la structuration de la société politique en Lorraine angevine, exemple d’une principauté satellite du royaume de France. Ce carnet permettra de constituer un atlas de la France médiévale, en publiant de nombreuses cartes inédites.