La Grande Riote, une géographie populaire

Bourgeois et marchands se forgent une culture géographique professionnelle au cours du XIIIe siècle. A côté de listes informatives, on trouve des listes littéraires qui véhiculent un savoir devenu proverbial. On y parle de ce que taisent les textes savants : les productions, la nourriture, les stéréotypes régionaux, la géographie du quotidien, des contacts ordinaires, de la connivence matérielle. C’est le cas des textes du XIIIe siècle connus des érudits sous les nom de Dit de l’Apostoille, que Jean-Marie Fritz propose plutôt d’appeler Grande Riote1. La riote était une « bagarre » entre deux jongleurs, qui rivalisaient de verve devant leur public. La Grande Riote multiplie les dictons géographiques : un lieu est associé à une production ou un caractère. La virtuosité du jongleur s’empare de la géographie empirique des bourgeois et la recompose en une accumulation truculente2.

Li cler Nostre Dame de Chartres

Li chanoine de Paris

La boule de Noion,

La ribaudie Soissons

Li cheitif de Senliz

Li cointerel de Troies

La crote de Mialz

Les clercs de N-D de Chartres

Les chanoines de Paris

L’astuce de Noyon

L’infamie de Soissons

Les malheureux de Senlis

Les élégants de Troyes

La crotte de Meaux (ms. A, l. 52-58)

Certains passages associent des types humains, ici le clergé, à des caractères urbains, premières attestations vernaculaires des stéréotypes régionaux et des sobriquets vicinaux dont les ethnographes ont recueillis tant d’attestations à l’époque contemporaine. Si les insultes ne reposent sur rien de vérifiable, les oppositions dessinent des contrastes sociaux et paysagers : Troyes était la capitale raffinée du comté de Champagne, haut lieu de culture, alors que Meaux était un grand marché : on peut imaginer la saleté de ses rues encombrées de charrettes.

Troites d’Andelis

Vendoises d’Aise

Tartes de Dollens

Flaons de Chartres

Pastés de Paris

Tripes de Seint Denis

Ribauz de Troies

Putains de Prouvins

Truites des Andelys

Carpes de l’Oise

Tartes de Doullens

Flans de Chartres

Pâtés de Paris

Tripes de Saint-Denis

Débauchés de Troyes

Putains de Provins (l. 158-165)

De nouveau, Troyes et cette fois en mauvaise part, pour former un autre couple avec Provins. Provins, grand centre textile du XIIIe siècle, doit-il cette réputation à la misère de sa population ouvrière ?

A côté des types humains, la nourriture occupe une place importante. Certains des dictons demeurent énigmatiques, d’autres sont ensuite attestés pendant des siècles. Les pâtés de Paris ont été l’emblème gastronomique de la ville pendant des siècles. On les trouve dans ce rôle chez Eustache Deschamps au XIVe siècle, liés à la douceur de vivre de la capitale : « Adieu Paris, adieu petis pastés… ». Encore au XVIe siècle, le Dict des pays les oppose aux tripes du bourg industriel voisin.

Les bons pastez sont à Paris,

Ordes trippes à Saint-Denis

Caviar de Paris, kebab de Saint-Denis… Le même Dict des pays perpétue la réputation des femmes de Provins.

Les très bon sel est à Salins,

Femmes bien faictes à Prouvins3

Mais le visiteur du XVIe siècle risquerait d’être déçu : les foires ont alors disparu depuis longtemps, la prospérité s’est évanouie, et les jardins de couvents ont remplacé les cours d’ateliers textiles…

Le texte A compte 133 dictons géographiques et B 138 ; 86 dictons sont communs, 47 propres à A et 54 à B. En tout, nous sommes en présence de près de 200 lieux-idées. Ces textes importants révèlent ainsi le contenu de la géographie populaire : types humains, productions artisanales et agricoles, nourriture, devenus proverbiaux, qui composent une image de l’espace vécu de la France du nord. Dans Géographies, ils sont une clé pour étudier les mentions dispersées dans les centaines d’oeuvres de la littérature médiévale. Voici la première œuvre de géographie populaire de la France…

1J.-M. Fritz, Jean-Marie, « Paysages sonores et littérature médiévale : fécondité et fragilité d’une rencontre », in Les paysages sonores : du Moyen âge à la Renaissance, dir. L. Hablot et L. Vissière, Rennes, PUR, 2015, p. 289-305, loc. cit. p. 300.

2L’édition fantaisiste de Crapelet (Proverbes et dictons populaires, p. 1-123) juxtaposait deux manuscrits différents sans noter les variantes. La version « A » (BnF ms fr 19152 f° 71) est éditée en annexe de Géographies, p. 294-297.

3« Dict des pays », éd. in Recueil de poésies françoises des Xve et XVIe siècles, éd. A de Montaiglon,t. V, Paris, 1856, p. 106-116 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.