Cartographier le dialogue sur la frontière : les journées de marche entre France et Empire

Alors que le XIVe siècle voit se développer des justices professionnelles qui structurent l’État royal capétien, d’autres formes de résolution des conflits demeurent en France et, plus encore, en Empire. Typiques de l’Empire et de ses marges, les « journées de marche » où l’on règle les conflits de voisinage, souvent en plein air, en associant oral et écrit, voie de fait et conciliation. Entre Sainte-Menehould (Champagne) et Clermont-en-Argonne (Barrois), la coutume prévoit qu’en cas de saisie d’un bien par leurs voisins, les officiers leur adressent une requête écrite par trois fois pour demander restitution lors d’une « journée d’estaulx et de marche alias dicte repressailles ». En cas de défaut, ils opèrent un contre-gage. Une journée est finalement organisée, où les gages mutuels sont apportés en caution1. En Rethelois, les justiciers se donnent rendez-vous pour « journoier » en lieu neutre, exposent leurs griefs et élisent des arbitres qui jugent par écrit :

La coustume des marches : Se aucuns tient une journée en marches, il doit quérir à avoir les premiers parolles, affin que devant il puisse resiter ; et premier demander la recreance […], amender, etc. ; et après ce eslire eswarde et à eulx bailler tous par escrips le differans2

Au bord de la Meuse, le Rethelois est un comté à cheval entre royaume et Empire, un registre, copié vers 1470 mais compilé un siècle auparavant3, dresse la liste des lieux où se tiennent les journées de marche de quatre prévôtés comtales situées sur la frontière d’Empire.

Les prévôts de Mézières, Donchery, Raucourt et Château-Regnaut connaissent les lieux de marche ils peuvent donner rendez-vous aux autres justices. En tout, la coutume a fixé vingt-quatre journées possibles entre les quatre prévôts et huit autres justices, dans vingt lieux différents. Ces autres justices sont du royaume : Mouzon, l’abbaye de Chémery, la seigneurie de Montcornet – ou de l’Empire : Stenay en Barrois, Bouillon dans l’évêché de Liège, Orchimont en Luxembourg, Yvois (aujourd’hui Carignan) dans le comté de Chiny.

Les rencontres entre justices contiguës ont lieu le plus souvent sur la limite. Les marches de Raucourt, par exemple, ont lieu sur un pont ou près d’un gué face aux seigneuries d’outre-Meuse, en plein champ face à celle d’en-deçà de la Meuse. Les marches entre justices non contiguës se déroulent en lieu neutre ou sur le seuil d’une des parties. Les prévôts de Raucourt et de Stenay journoient « entre Dulet [et] la Besase ». « Le Grand Dieulet » est aujourd’hui un lieu-dit forestier à l’ouest de Beaumont, à la limite de la commune de la Besace, loin du Barrois.

Cartographier ces lieux de rencontre n’est pas facile : les journées de marche se tiennent souvent en plein air, et les micro-toponymes cités ont souvent disparu ou ne sont pas localisables précisément. Il est difficile également de savoir à quelle pratique correspond ce tableau consigné dans le registre du comté, mais il évoque une justice locale enracinée dans les rituels de franchissement des seuils villageois. Mais le tableau d’ensemble permet de dessiner un espace rarement repéré dans les sources médiévales : celui du dialogue qui tisse les liens de voisinage, la justice traditionnelle, horizontale, orale et gratuite, qui demeure le grand moyen de résolution des conflits dans les régions de l’Entre-Deux.

1 H. Stein et L. Le Grand, La frontière d’Argonne : procès de Claude de la Vallée (1535-1561), Paris 1905, P. J. VI p. 117 (1512).

2 BN fr 11578 f° 17 v°

3 BN fr 11578 f° 16 v°-18 r°. Le texte est copié en 1470 mais ses éléments datent des XIVe et XVe siècles. Il mentionne Jeanne des Armoises, la fausse Pucelle. H. Moranvillé, « Le Terrier du comté de Rethelois au XVe siècle », Revue historique ardennaise, 5e année, 1898, p. 261-298, loc. cit p. 263-265, en conclut que le texte date d’entre 1440 et 1470, mais celui-ci évoque aussi le comté de Bar, devenu duché en 1354 (f° 14) et le comte de Blois, qui règne sur le Hainaut jusqu’en 1394 (f° 17). Cette fourchette chronologique ne date donc que la dernière strate du texte. Par ailleurs, les mentions de marches n’évoquent pas Sedan, dont les seigneurs s’émancipent de l’évêché de Liège et prennent de plus en plus d’importance au XVe siècle : cet état des journées de marche évoque une situation de la seconde moitié du XIVe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.