Culture paysagère princière : Jean de Berry entre Paris et la campagne

Dans la première partie de Géographies, « Paysage. L’écologie et la beauté », on a essayé de restituer ce qui constitue l’expérience paysagère des Français de la fin du Moyen Âge, en prenant en compte les différentes classes sociales.  Le cas des princes est l’un des plus évidents à caractériser : leurs oeuvres figurées, leurs constructions et leurs écrits conservent l’environnement qu’ils se sont construit, et aussi celui dont ils rêvaient.

Jean de Berry (1340-1416), troisième fils du roi Jean II, a commandité les miniatures les plus célèbres du Moyen Âge. Regardons à nouveau, avec un oeil neuf, le Calendrier des Très Riches Heures (Chantilly, musée Condé, manuscrit 65). Juin montre une scène de fenaison sous les murs du palais de la Cité à Paris : les hommes fauchent, les femmes étalent le foin des meules pour le faire sécher. Salles, galeries et tours du palais royales sont identifiables. Malgré le naturalisme de l’architecture et l’aspect d’éternité de la vie agraire, nous sommes devant un montage.

Le pré est placé au bord de la Seine. Or nous devrions être en plein Paris, sur le quai des Augustins. La critique répète inlassablement que la vue est prise depuis l’hôtel de Nesle, demeure parisienne de Jean de Berry, comme si la miniature était vue de la fenêtre du duc. Mais cet hôtel était situé à 250 m. en aval du point théorique d’observation. Délibérément, le peintre a juxtaposé des scènes tirées de trois espaces distincts : en haut, le monde céleste du Zodiaque, au centre le palais urbain, en bas les travaux des champs. Le palais de la Cité, siège du Parlement et des archives du roi, coeur de la capitale, est transplanté en plein champ. Dans son sillage, le royaume est assimilé à la vie paysanne. Il en va de même pour le Louvre, dans une miniature postérieure qui reprend la même logique : Octobre le place en face d’un champ labouré. Une telle scène est impossible juste sous le rempart. Chaque miniature du calendrier est une composition : faite d’éléments réels et hétérogènes, dont l’assemblage a un message politique. Mais lequel? Le calendrier du duc de Berry, ses bois et ses eaux qui cachent la ville et les bourgeois, font écho à une réalité sociale. A la fin du XIVe siècle, les princes possèdent un hôtel en bordure de ville, contre la muraille, et un château rural à proximité. À Paris, Charles V possède ainsi l’hôtel Saint-Pol et Vincennes. Mais le château, même péri-urbain, est tourné vers la rivière, le jardin, le parc, puis la forêt, et le prince privilégie cette campagne à la ville et sa population. Paris sans Parisiens… Le Calendrier est une utopie, dans un contexte dramatique. Ce paysage princier expurgé des citadins est élaboré en 1416 : or la guerre civile a éclaté quelques années auparavant, et les premiers massacres déchirent paris en 1413. Les princes abandonnent alors la capitale et notre chef d’oeuvre est, peut être, le témoin d’une crise de la conscience paysagère princière. Dès avant ce divorce, les princes capétiens vivaient déjà en retrait de la ville. A Vincennes, Charles V (1364-1380) façonne un modèle de château royal où la forêt n’est plus un horizon vu de la fenêtre, mais le centre de l’habitat seigneurial. Le parc de Vincennes est immense : avec 850 ha, il est aussi grand que la ville de Paris. Le parc est semé de manoirs qui forment un complexe résidentiel pour le roi et ses parents. La capacité d’accueil princier de Paris est doublée : dans les deux cas, on trouve une multiplicité d’hôtels princiers, les commodités d’un site de pont et des communications fluviales. Le centre de Vincennes n’est pas une grande ville, mais un parc planté d’arbres. Charles V a voulu vivre entre son parc et son château, en échappant à la ville. D’un manoir à l’autre, les trajets se font par le parc ou à travers la campagne.

Comment les Parisiens ont-ils réagi à cette utopie paysagère princière, destinée à les tenir à l’écart ? En 1380, quand Charles V meurt après avoir aboli les impôts, la révolte gronde en ville. Michel Pintoin, moine de Saint-Denis , nous a laissé un indice de ce que pensaient les Parisiens de cette volonté des princes de vivre loin d’eux. Tout en dénonçant la « grossièreté » des artisans mécontents, le chroniqueur officiel de la monarchie leur donne la parole. Le discours ainsi reconstruit (celui d’un mégissier, artisan du cuir) reprend peut-être les revendications réelles du petit peuple de 1380 :

« Ne jouirons-nous jamais des douceurs du repos et de l’aisance? Ne verrons-nous jamais cesser la cupidité toujours croissante des seigneurs, qui nous écrase sans relâche d’exactions multipliées et injustes, et nous réduit à un tel épuisement que, criblés de dettes, nous sommes forcés chaque année de payer au-delà de nos revenus ? Comprenez-vous, chers concitoyens, dans quel mépris vous vivez ? Ils vous raviraient, sans aucun doute, s’ils le pouvaient, votre part de la lumière ! Ils s’indignent de ce que vous respirez, de ce que vous parlez, de ce que vous avez des figures humaines, et de ce que vous vous trouvez avec eux dans les lieux publics. Ils disent : Pourquoi donc mêler ainsi le ciel et la terre? Sans doute ces hommes, à qui nous rendons un hommage forcé, au salut desquels nous veillons continuellement, et qui se nourrissent de notre substance, n’ont d’autre pensée que de briller par l’or et les bijoux, de s’entourer d’un grand train de domestiques, d’élever des palais superbes, et d’inventer des impôts pour accabler cette capitale. La patience du peuple a supporté plus longtemps qu’il ne fallait ce fléau des vexations, et si bientôt on ne nous délivre de ce joug insupportable, je suis d’avis que la ville tout entière coure aux armes ; car nous devrions tous souhaiter la mort plutôt que de souffrir un tel déshonneur. »

Michel Pintoin, Chronique du Religieux de Saint-Denys, Paris, 1994, p. 45-46, livre 1, chap. VI

A côté de l’endettement des artisans urbains, ce qui semble insupportable est bien la morgue des princes, qui consomment le produit de l’impôt sans accepter de payer le peuple en retour, dans une relation de clientélisme. Selon Norbert Elias, il aurait fallu « enchanter » la domination politique et fiscale d’un discours ménageant la fierté des contribuables. Au contraire, les princes (Jean de Berry et ses frères) témoignent de leur dégoût pour la plèbe quand ils circulent dans Paris. Le mégissier comprend bien que les « palais superbes » que les princes édifient (Vincennes, évidemment) sont non seulement un témoignage de supériorité, mais une marque de mépris. Le paysage des princes de la génération de Charles V apparaît ainsi dans toute son ambiguïté : splendeur des enluminures et des palais, et mépris social politiquement très maladroit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.